Priska Mamengui Otouma ou le Flagrant délit de plagiat

au 9e Printemps des Poètes des Afriques et d' Ailleurs

 

La conférence sur Baudelaire et Senghor faite par le jeune docteur ès lettres Prisca Otouma alias Priska Mamengui était intéressante. Le seul gros problème était que le travail  doctoral de Priska Mamengui alias Prisca Otouma (« Ombre et lumière dans la poésie de Baudelaire et dans celle de Senghor » soutenu en octobre 2011 à l’ université de Créteil, sous la direction du professeur Papa Samba Diop, lequel fut aussi membre du jury de ma thèse en décembre 2000) reprend « le mythe sabéen » dont je suis l’auteur (« la déesse de la beauté et de l’amour » dont j’ai fait état dans ma thèse de doctorat en  2000) sans me citer!!! Les membres du jury étaient : les professeurs Daniel Delas (qui avait également lu ma thèse de doctorat à l' université de Cergy, à l’ époque.Emérite Université de Cergy-Pontoise ),Prisca Degras (Université d' Aix en Provence) et Beïda CHikhi( Université de Paris IV Sorbonne). Nous allons vérifier si la remarque lui a été faite par les enseignants susnommés sinon il s’agit d’un pillage organisé avec leur complicité et nous le ferons savoir à la communauté scientifique des lettres francophones. Une conférencière prise en flagrant d’élit de plagiat de l’organisateur, c’est aussi cela le Printemps des Poètes des Afriques et d’ Ailleurs !       

Thierry Sinda

 A SUIVRE...

Compte rendu et bilan complet du festival le 28 mars sur www.sphere-web-infos.com